RSS

Production d’énergie pour quoi, pour qui, comment, le vent souffle dans quelle direction?

05 Jan

Ourouer dans la communauté de communes BONPays (Balleray, Ourouer, Nolay, Poiseux)

Je vous livre ce que le JDC a publié concernant les approches de fournisseurs d’éoliennes, suivi d’un article de HERVÉ KEMPF plus ancien, qui posait une question sur les priorités des investissements concernant l’énergie.

Le JDC

Lors du Conseil municipal de mardi soir, le public a été informé d’un projet d’instalation d’éoliennes sur des terrains communaux.
La réunion du Conseil municipal d’Ourouër, mardi soir a, bien sûr, consacré une large partie de son ordre du jour au projet d’installation d’éoliennes, prévue sur la ligne de crête des bois d’Apiry.
Les Amourouciens ne s’y étaient d’ailleurs pas trompés, puisqu’une douzaine d’entre eux composait un public qui s’est montré très attentif aux débats menés par Gilles Michon, le maire. Il s’agissait d’une information, et aucune décision n’a été prise au cours de cette séance, même si l’on pressent qu’une majorité du conseil y est favorable.
Un projet du ressort de la communauté de communes
Tout d’abord, l’intention de Gilles Michon n’était que d’informer les membres de son conseil sur l’état d’avancement du projet?; il en a d’ailleurs profité, afin de couper court à certaines rumeurs, pour préciser que l’implantation des éoliennes était prévue sur des terrains communaux.
La deuxième raison, certainement la plus importante en l’état, réside dans le fait qu’un tel projet est du ressort de la communauté de communes Le Bon Pays, qui détient la compétence “développement économique”.
Interrogé, Jean-Luc Conception, président du Bon Pays, va plus loin : « une installation telle que celle-ci nécessite également une modification du plan local d’urbanisme intercommunal, que seul le conseil communautaire peut décider. Au bout du compte, c’est donc bien la communauté de communes qui prendra la décision finale. »
Aussi, une commission de travail a été créée, à l’initiative de Jean-Luc Conception, lors de la dernière réunion de la “comcom”, vendredi dernier. Cette commission est composée de trois membres représentant chacune des communes (Balleray, Ourouër, Nolay, Poiseux) qui pourraient également être concernées par ce projet éolien.
La prochaine étape, pour cette commission, sera de recevoir des entreprises spécialisées dans l’éolien.
Jean-Marie Gobet
Années.? Ce projet s’inscrit dans le temps… Sa réalisation, si réalisation il y a, ne sera effective que dans six à huit ans.

HERVÉ KEMPF

Eolien : une querelle de lobbies
La focalisation sur l’éolien fait oublier la question bien plus importante des économies d’’énergie. Mais celle-ci n’a pas de lobby pour la porter.

Les éoliennes sont-elles un élément central du Grenelle de l’environnement ? Pas sûr, et l’arbre du vent risque fort de cacher la forêt de la politique énergétique.
Contrairement à ce qui est souvent répété, les « engagements du Grenelle »n’ont pas fixé d’objectif à la capacité éolienne du pays : parmi les 268 engagements énumérés dans le « Document récapitulatif des tables rondes »(1), le n° 55 prévoit que les énergies renouvelables devront représenter 20 % de l’énergie finale, mais ne pose pas de but chiffré aux énergies évoquées, qui sont la biomasse, la géothermie, l’éolien, le photovoltaïque et l’hydraulique.
Cette proportion représente un doublement par rapport à la situation actuelle.
Mais si cela suppose que ces énergies doivent voir leur part augmenter, rien n’oblige à un chiffre précis de capacité éolienne, ni d’ailleurs des autres formes d’énergie. En effet, une même portion du gâteau représente une part plus petite si le gâteau est plus petit. « Une politique de forte sobriété permet d’avoir moins d’énergie renouvelable, note Thierry Salomon, de l’association Negawatt.C’est important pour le nombre d’éoliennes à implanter. »
Dans la Programmation pluriannuelle des investissements publiée en janvier 2010 (2), le gouvernement prévoit que le pays passera d’une consommation électrique de 434 TWh (terawatt-heure) en 2007 à un minimum de 492 TWh en 2020. C’est-à-dire un médiocre effort de maîtrise de la consommation. Dans cette situation, 23 % en énergies renouvelables supposent, si le vent en représente le quart, près de 25 000 MW de capacité éolienne. Cette capacité serait bien moindre si la consommation était moindre.
Mais ce n’est pas la voie suivie, alors que la politique d’économies d’énergie a l’avantage d’être la plus efficace pour réduire les émissions de gaz à effet de serre tout en coûtant le moins et en créant le plus d’emplois, comme l’ont montré de nombreuses études, telle celle du cabinet McKinsey en janvier 2009 (3).
Pourtant, la politique actuelle ne favorise pas suffisamment cette voie. « La taxe carbone aurait fortement poussé aux réductions de consommation », note-t-on à l’Ademe. Mais elle a été repoussée en mars à des jours meilleurs par Nicolas Sarkozy. Les économies d’énergie ne sont pas fortement soutenues sur des terrains plus discrets : « Le crédit d’impôt sur les installations photovoltaïques – qui bénéficient déjà d’un tarif de rachat très favorable – est de 50 %, alors qu’il n’est que de 25 % sur les travaux d’isolation », note Frédéric Utzmann, de CertiNergy, entreprise spécialisée sur les certificats d’économie d’énergie. Dans le bâtiment aussi, les choses n’avancent pas assez vite. Si le Grenelle 2 prévoit des mesures très positives pour les constructions neuves, rien de significatif n’est prévu pour la réhabilitation des logements existants, où le gisement d’économies d’énergie est très important.
En fait, la question des éoliennes s’apparente à une querelle de lobbies : nucléaire d’un côté, professionnels des énergies renouvelables de l’autre. Mais la voie qui permettrait d’apaiser le conflit – en diminuant le nombre d’éoliennes nécessaires – n’a pas de lobby puissant : même si des milliers d’artisans et d’entreprises du bâtiment auraient intérêt à une politique volontariste d’économies d’énergies, ils n’ont pas su former un groupe de pression capable de faire entendre ce son de cloche.

Petites séries de questions

Pourquoi augmenter la capacité de production d’énergie? Pour qui? Comment?

 

 

Publicités
 

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :