RSS

Douce chaleur humaine

06 Fév

Ce matin, du moins c’était encore un peu le matin, juste avant la mi-journée, quand je me suis levé ; derrière la vitre du foyer de la cuisinière, les flammes dansaient à la manière d’un feu de joie. Je n’ai pas résisté à l’idée de m’aller chercher le poète, G. Brassens, pour vous.

« Ce n’était rien qu’un feu de bois,

Mais il m’avait chauffé le corps,

Et dans mon âme il brûle encor’

A la manièr’ d’un feu de joi’. »

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 6 février 2014 dans journal, partager, solidarité

 

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :