RSS

04 Fév

Correctrice, rédactrice, écrivain, poète, photographe

Dans le téléphone, sa voix se brise et peine : elle est loin, elle a peur, une terreur noire qui délite à l’instant ses défenses. Elle redevient petite ; l’enfant que j’ai bercée et accompagnée tout au long de sa maladie, l’enfant pour qui le diagnostic n’a jamais été posé ; l’enfant que j’ai failli perdre, mais qui par le miracle de sa propre volonté et par ma propre volonté farouche, est là.  Je vous pose ce cadre, tellement intime, non pour exposer en impudeur les contreforts de ma vie ; mais parce qu’on ne peut pas parler d’amour en légèreté, pas poser des concepts qui n’aient pas pris corps, racine au plus profond de vous ; parce que l’expérimentation de l’amour est une chose tellurique, ravageuse, une prison paradoxalement libératrice, parce que si ça, cette plongée là dans l’autre ne vous révèle rien, alors, il vaut mieux se taire. Se taire plutôt que d’user…

View original post 415 mots de plus

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 4 février 2013 dans journal

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :